Janvier–Mars 2003

Éditorial

Le réalisme du bien

Abbé Bruno Le Pivain

Il est habituellement convenu que seule la recension des malheurs de ce temps, la dénonciation de ses dérives, depuis l’observatoire qu’on occupe, fait recette. Ignorer la réalité du mal serait effectivement suicidaire. Mais une leçon de saint Thomas nous le prouve : le vrai réalisme est celui du bien.

Théologie

Essai sur la notion de mérite dans le bouddhisme et le christianisme

Abbé Philippe-Marie Airaud

« Dieu, qui t’a créé sans toi, sans toi ne te sauveras pas. » C’est encore saint Augustin, repris par la liturgie dans la Préface des saints, qui rappelait qu’en couronnant nos œuvres, Dieu ne fait que couronner ses dons. Comment concilier la dignité de la liberté et de la responsabilité de l’homme, le primat absolu de la grâce divine et sa gratuité ? Jésus ? Bouddha ? La voie du bonheur, du salut qui lui est attaché, porte son nom.

« Le mal n’est pas » : la réfutation augustinienne du manichéisme

Frédéric Laupies

Saint Augustin : en lui, la vigilance du pasteur affronté aux controverses de l’époque a aiguisé la sagesse du théologien et éclairé la pénétration d’esprit du philosophe. Ses élucidations sur la question du mal et de la souffrance ne prétendent pas expliquer le mystère. Elles lui donnent un sens, dans le Christ rédempteur.

Ecriture sainte

Ne nous soumets pas à la tentation

Mgr Paul-Marie Guillaume

« Traductor, traditor. » Comment traduire, ici en français, cette réalité mystérieuse de la tentation, de l’épreuve morale, dans le « Notre Père » ? Visiblement, l’affaire n’est pas close. Au-delà, c’est l’occasion de mieux comprendre le « jeu de la tentation », pour un profit spirituel certain, pour peu qu’on en fasse « bon usage », ainsi que l’enseignait saint François de Sales.

L’ossuaire de Jacques, le frère de Jésus ?

Abbé Emile Puech

On en a beaucoup parlé et abondamment écrit. Des  «frères de Jésus », d’abord. De ce fameux ossuaire, ensuite. Quand l’actualité des ossuaires nous permet de mieux connaître le Verbe Incarné, son cadre de vie.

Education

Les vertus nécessaires à la jeunesse actuelle

Abbé Victor-Alain Berto

« La fin de l’éducation est que l’enfant en vienne à préférer librement pour toujours le vrai au faux, le bien au mal, le juste à l’injuste, le beau au laid, Dieu à tout. » Voici comment l’abbé Berto concevait le but de l’éducation. Dans ces lignes inédites, il en dessine les moyens.

Erreurs actuelles du système scolaire ; propositions alternatives

Isabelle Mourral

Restaurer les piliers de l’éducation : qui niera qu’il s’agit d’une urgence première ? Il y faut certains éclaircissements philosophiques, ou anthropologiques comme on préfère dire aujourd’hui ; il y faut aussi une longue pratique. Le bon sens (et le sens de la bonté) y trouvent une assise renouvelée.

Vie de l’Église

La tarte et le millefeuille — Un trajet de Rome à Jérusalem

Fr. O.-T. Venard o.p.

Rome, Jérusalem. La Ville éternelle, la Ville sainte. L’Incarnation est bien une réalité, qui en douterait en ces lieux, bon gré, mal gré ? Mais l’œil de la foi grandit à retrouver la saveur candide de l’étonnement.

Rencontres

Entretien avec le général Aoun — Pourquoi sauver le Liban ?

Voici quelques temps que le général Aoun ne fait plus parler de lui. Depuis son appartement parisien, il est pourtant loin d’être inactif. Il nous emmène ici pour un tour d’horizon sur la situation du Liban, son avenir, des réflexions sur la position de l’Occident face au monde arabe, et spécialement la guerre projetée en Irak (1er février 2003), la cohabitation des religions etc.

Respiration poétique

Photographie

Jean-Louis Guérin

Une idée de jardin

Jean-Louis Guérin

Entre philosophie et spiritualité, art et nature : une idée de jardin. L’écologie chrétienne n’est pas idéologique et revendicative. Elle est contemplative et respectueuse, ce qui la rend intelligente.

Carte postale

Carte postale de Tokyo

Pierre-Yves Fux

Le Japon est bien loin. En voici une photographie, avec perspectives et arrières-plans. L’auteur a-t-il vu celles qu’on y prenait en Occident ?

Culture

Le curé de campagne selon Queffélec

Benoît le Roux

L’univers de Queffélec sent l’air du large et les embruns. Il dit aussi la grâce et le salut et, comme il le confessait lui-même, « la poésie, la musique, la peinture. La beauté du monde. La divinité du Christ. Les retrouvailles dans l’au-delà… » (cf. Kephas nº 1, p. 21) Il fait bon s’y aventurer.

Le monde Wladimir Volkoff

Florence de Baudus

Aux confins de deux mondes par ses origines, Wladimir Volkoff a su construire le sien. S’y entremêlent, dans un style tour à tour flamboyant et savoureux, l’épopée et la poésie, le roman policier et les leçons de l’histoire, la force attractive de la liturgie et de l’Eucharistie, l’attrait récurrent pour le mal, l’irremplaçable vertu du pardon réciproque. « On se confesse beaucoup dans ce monde », remarque Florence de Baudus.

Chronique vineuse — Vin, pub et religion

Dionysos Balouiré

Quand la publicité se découvre des velléités spirituelles, le vin est souvent la première victime. Quelques belles preuves de l’imagination des nouveaux « marchands du temple » pour illustrer la démonstration.

Spiritualité

Saint Thomas d’Aquin — La sainteté de l’intellectuel

Fr. Thierry-Dominique Humbrecht o.p.

« Que veux-tu encore, Thomas ? – Rien d’autre que toi, Seigneur ! » Réveiller humblement et vigoureusement la vocation de l’intelligence, ce sera peut-être une des tâches de la spiritualité dans les années à venir. Le Docteur Angélique est toujours actuel.

Apophtegmes des Pères

Réalistes aussi, ces Pères. Leur paternité est si fraternelle !

La saveur des mots

Dictionnaire des superstitions

R.P. Joseph Bochenski o.p.

La Renaissance, les Lumières, le Progrès : d’avancées en avancées ? D’une certaine manière, c’est indubitable. Mais la vérité est-elle d’abord dans le langage ?

Histoire

Lacordaire, un homme de son temps ?

Frédéric-Pierre Chanut

Sur ces mots, justement, Lacordaire avait quelques idées, comme sur l’éducation de la jeunesse. Que reste-t-il de lui aujourd’hui, derrière les réductions historiques ?

Visages de Rome

Les obélisques de Rome

Pierre-Yves Fux

C’est sans doute le seul monument que l’on trouve avec autant de régularité parmi les places et les artères romaines. L’histoire de Rome à travers ses obélisques : ces visages-là sont aussi des témoins silencieux, à commencer par celui qui vit saint Pierre imiter son Maître dans le don suprême.

Notes de lecture

Courrier des lecteurs

La télé sans écran

Vive l’enseignement libre !

Monsieur Telescope

Au programme de ce trimestre, l’éducation et la boulangerie, le sport et la mort de Bonchamps, les cantiques liturgiques et les lointaines missions, pour finir en prière avec Racine.